Rencontre avec la creatrice de Saint Sauveur – Paris

Rencontre avec la créatrice de

Saint Sauveur – Paris

« Le vase du potier contient l’espace qu’on lui donne. Le vase du sculpteur contient ce qu’on lui a enlevé »  I.S De Lubricz

Capture d’écran 2015-11-25 à 20.42.16

C’est un air de fraicheur que propose la créatrice Anne-Sophie Jeannin  à travers sa marque, Saint Sauveur – Paris. Cette jeune artiste de 26 ans a décidé de créer un monde poétique autour de la céramique artisanale dont elle a hérité depuis sa tendre enfance.

Originaire de Puisaye, près du château de Ratilly où elle passe ses vacances, elle y découvre les tourneurs et les poteries du château. En 2014, elle s’initie aux cours de poterie dans le village de Saint-Paul à Paris. Elle y découvre une véritable passion liée à son héritage familial et culturel. Très vite, elle prend gout au travail de l’argile, de la pierre, du tournage, du tournassage, de l’étude des émaux et des différentes cuissons.

En 2015, après de longues heures d’apprentissage dans différents ateliers parisiens, elle décide de faire de sa  passion, une vraie qualification.

Elle propose 3 gammes de produits différents

  1. La collection Chroma 1.0 propose des bougies à la lavande naturelle dans un cylindre de couleur unique puisque ce mélange d’émaux rend naturellement chaque pièces singulières et nacrées.

11060334_1017091194989188_7122172041712795590_o

2. Le cylindre pour plantes grasses (cactus, Bonsai…)

11896495_1034206896610951_5429489525376424344_o

3. Le cylindre « Multi-Task » pour porte savon et/ou porte parfum

 10428595_971819559516352_2463403321928839586_n

Voici une créatrice audacieuse, mélangeant poésie contemporaine  et sensibilité du toucher. 

Pour comprendre un peu plus son travail, je lui ai posé quelques questions:

Capture d’écran 2015-11-25 à 20.45.19
Anne Sophie Jeannin

D’où vient ta passion pour la poterie ?

J’ai ressenti le besoin de me rapprocher de mes racines.  J’imaginais l’apprentissage de la poterie à la campagne qui selon moi vont de paires, mais vivant à Paris, je n’avais pas d’autres alternatives que de commencer à apprendre en ville!

Savoir faire quelque chose concrètement de mes mains est devenu primordial, j’aime mon époque, mais parfois je me sens un peu en décalage avec l’ère digitale, j’aurai bien aimé vivre dans les années 60/70, et m’exercer à la poterie en regardant « Salut les copains! »

Comment as-tu créer ta marque ?

Les choses se sont orchestrées naturellement, beaucoup de gens qui m’ont encouragé et soutenue dans ma démarche artisanale. Mon intérêt pour la céramique et la poterie m’a donné de l’assurance et mon ambition m’a poussé à rendre les choses plus concrètes.

Je me suis vite aperçue que j’avais des envies plus grandes, notamment d’exporter ce savoir-faire français outre atlantique, de développer une histoire, une identité visuelle autour de Saint Sauveur. Pour le moment, je me considère vraiment comme une micro-marque, et encore l’étiquette « marque » me dérange car ce n’est pas comme cela que je conçois l’artisanat.

Quelles sont tes inspirations ? 

Je fais beaucoup de recherches sur les matériaux et éléments naturels. Je m’intéresse particulièrement au marbre, c’est une roche qui me fascine, cela combine mon intérêt pour le grès, l’argile et la terre cuite. Je suis toujours autant fasciné de voir qu’avec un élément « pauvre » comme la terre, on arrive à faire de très belles choses, artisanales et artistiques. Les découvertes sont infinies, un sujet ouvre une brèche qui en ouvre une autre et ainsi de suite.

D’où vient le nom Saint Sauveur ?

Saint Sauveur fait référence à un village de Puisaye, dont ma famille maternelle est originaire. En France, la Puisaye est connue pour être la région des potiers, en raison de la qualité de sa terre très argileuse et de son ocre naturel. Le fait de cultiver le côté « terroir » faisant référence à un village de mon enfance, me correspond bien.

Quels sont tes produits phares ?

Mon produit phare c’est le cylindre, que je décline en trois gammes, il est ce que j’appelle  « multi task », à la fois cylindre à plante grasse, à bougies, porte parfum, porte bijou…  

Je développe autour du cylindre une gamme de bougies artisanales à la lavande.J’achète l’huile essentielle directement dans une distillerie des alpes de Haute-Provence. C’est une région que j’affectionne particulièrement. Je me suis aussi intéressée aux processus des récoltes dans les champs de lavande jusqu’à la distillation. A terme je compte développer plusieurs odeurs (fleur d’oranger, Patchouli).

Le cylindre existe en 3 dimensions différentes, c’est une pièce brut que j’aime particulièrement. Quand j’ai commencé la céramique, j’ai tout de suite pensé aux cadeaux que je voudrais faire à mes proches, le cylindre est devenue très naturellement ma pièce fétiche.

As-tu des inspirations artistiques ? 

Elles sont multiples. Je suis un peu hyper-active, je m’intéresse à beaucoup de choses en même temps. Comme pas mal de gens de ma génération, j’éprouve un intérêt particulier pour les images, les vidéos. En ce moment je me repasse toute la filmographie de Yorgos Lanthimos, ainsi que de Chantal Akerman

Quelles sont tes ambitions pour les 5 années à venir ?

La construction de mon futur atelier est en cours, je serai complètement autonome courant 2016.  J’ai décidé de localiser mon atelier à la campagne, dans la maison de ma mère dans le Morvan,  ce qui me permet de pouvoir partir quelque jours et de revenir avec mes pièces que je n’ai plus qu’à livrer en boutiques.

Pour moi, c’est essentiel d’avoir un atelier à la campagne, l’espace n’a rien à voir avec ce que je peux obtenir à Paris. Tout est plus grand, plus pratique. J’ai aussi envie d’apprendre la céramique à mes « potes ».  l’Eté, l’atelier sera ouvert et je vendrai également des pièces sur place !  Par ailleurs, il y a aussi une énorme grange de 400m2, un jour j’y verrai bien en faire un immense atelier pour des artistes.

———-

« La poterie rend une part de liberté à ses objets. Une pièce peut ressembler visuellement à une autre, pour autant elle reste unique, et à fortiori libre. »

Ou trouvez Saint Sauveur – Paris ?

  • La Maison-Galerie de Marion Held Javal, 66 rue Lhomond,Paris 5ème Ouvert tous les premiers week-end de chaque mois.
  • La Brasserie Barbes, Paris 18ème  (commande personnalisé).
  • Commandez sur le sitehttp://www.saintsauveurparis.com/contact
  • Instagram : https://www.instagram.com/saintsauveur_paris/ 
  • Facebook https://www.facebook.com/saintsauveurparis
  • 12063561_1059015367463437_4768238429536983923_n12189905_1063375017027472_6878461085037676893_n

     

     


    Interview with Saint Sauveur – Paris’s designer

     

     » The potter’s vessel contains the space given to it . The vase contains the sculptor that he has been deprived  » I.S de Lubricz

    12115848_1049224428442531_7588827835699363513_n

    It’s a fresh air that offers the designer Anne-Sophie Jeannin through its brand, Saint Sauveur – Paris.

    This young artist of 26 years decided to create a poetic world around artisanal ceramics she inherited since childhood. Originally from Puisaye, near the castle Ratilly in France where she spent her holidays, she finds turners
    and pottery from the castle.

    In 2014, she introduced him to pottery class in the little village of Saint-Paul in Paris. She discovers a passion related to his family and cultural heritage. She quickly takes taste to work with clay, stone, turning, study different glazes and firings.

    In 2015, after long hours of learning in various Parisian workshops, she decided to make more then a simple passion .

    It offers 3 different product lines:

    1.The Chroma 1.0 collection,  includes candles with natural lavender in a unique color cylinder since this mixture of glazes naturally makes each unique and pearl pieces.

    11060334_1017091194989188_7122172041712795590_o

    2. The cylinder succulent (cactus, bonsai …)
    11896495_1034206896610951_5429489525376424344_o

    3. The cylinder « Multi-Task » for soap dish or perfume dish

    10428595_971819559516352_2463403321928839586_n

    Here is a bold creative, blending contemporary poetry anda touch sensivity. To understand a little more her work, I asked her few questions:

    Capture d’écran 2015-11-25 à 20.45.19

    Where does your passion for pottery ?

    I felt the need to get closer to my roots. I imagined learning pottery in the country which I believe go hand in hand, but living in Paris, I had no alternative but to start learning in the city! Know do something concretely of my hands has become essential, I like my time, but sometimes I feel a bit out of step with the digital age, I would have liked to live in the 60’s, 70’s and carry me pottery watching « Salut les Copains! »

    How did you create your brand ?

    Things have orchestrated course, many people who have encouraged and supported me in my craft approach. My interest in ceramics and pottery gave me confidence and my ambition has inspired me to make things more concrete. I quickly realized that I had the greatest desire, especially to export this French know-how across the Atlantic, to develop a story, a visual identity around Saint Sauveur. For now, I really consider myself a micro-brand, and even the label « mark » bothers me because that’s not how I design crafts.

    What are your inspirations ?

    I do a lot of research on materials and natural elements. I am particularly interested in marble , it is a rock that fascinates me , that combines my interest in sandston, clay and terracotta. I’m always fascinated to see as much an element with « poor » as the earth , we come to do great things , crafts and arts . The discoveries are endless, a topic opens a gap that opens into another and so on.

    What are your inspirations?

    I do a lot of research on materials and natural elements. I am particularly interested in marble , it is a rock that fascinates me , that combines my interest in sandstone , clay and terracotta. I’m always fascinated to see as much an element with « poor » as the earth , we come to do great things , crafts and arts . The discoveries are endless, a topic opens a gap that opens into another and so on.

    Where is come from the name of Saint Sauveur ?

    Saint Sauveur refers to a village in Puisaye , including my mother’s family originated. In France, the Puisaye is known to be the region of potters , due to the quality of its very clayey earth and its natural ocher. Cultivating the side of  » Terroir  » referring to a village of my childhood who suits me .

    What are your main products?

    My main product is the cylinder, I comes in three ranges, it is what I call « multi task », both cylinder succulent, candles, perfume holder, door jewel … I develop around the cylinder a range of handmade candles in lavande. I buy essential oil directly into a distillery of the Alps de Haute-Provence. It’s a region that I love. I also interested in the harvest process in the lavender fields until distillation. Eventually I plan to develop several scents (orange blossom, patchouli).

    The cylinder is available in 3 different sizes, it is a gross piece that I particularly like. When I started ceramics, I immediately thought that I would like to gift to my friends, the cylinder has become quite naturally my favorite part.

    Do you have artistic inspirations?

    They are many. I’m a bit too much active, I am interested in many things. Like a lot of people of my generation, I have a particular interest in images & videos. Right now, I will return the complete filmography of Yorgos Lanthimos as well as Chantal Akerman. 

    What are your ambitions for the next 5 years ?

    Building my future workshop is underway , I will be completely self aware in 2016. I decided to locate my workshop in the countryside, in the house of my mother in the Morvan , which allows me to go some days and back with my pieces I have only to indulge in shopping. For me, it is essential to have a studio in the country , the space has nothing to do with what I can get in Paris. Everything is bigger , more practical. I also want to learn ceramics to my  » friends . »

    Summer, the workshop will be open and I will also sell parts on the spot! Furthermore, there is also a huge barn of 400m2, one day I will see well into a huge workshop for artists.

    " The pottery makes a share of freedom to its objects. A piece can visually look likes another, provided it remains unique."
    
    

    Where to find Saint Sauveur – Paris ?

    —————

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s